good save the date

A venir… Spectacles de Restitution de la Formation Professionnelle en Danse Urbaine

Février 2015…

Nous arrivons a la fin de la 1ere session de formation du “projet”. Sunu street et ses partenaires sont fiers de vous présenter leur show évènement “S-Pectacle Bu Mag”, la restitution finale!!!!!
Et en bonus, le lendemain,  la 1ere création de la compagnie Sunu Street junior “Nio Far”.
—————————————————————–
Le JEUDI 5 FEVRIER 2015 au Théâtre National Daniel SORANO

“S.Pectacle Bu Mag”

Un Show événementiel qui rassemble tous les arts urbains!

Ouverture des portes: 19h00
Début du Spectacle: 20h00

Chorégraphie: Joseph “GO” N’guessan, Romuald Brizolier
Avec les 16 élèves de la formation en danse urbaine Sunu Street + Guests

ENTRÉE LIBRE
———————————————————————————————

Le VENDREDI 6 FEVRIER 2015 a l’Institut Français de
DAKAR

La compagnie Sunu Street junior vous présente leur 1ere création

” NIO FAR ”

Création réalisée dans le cadre de la formation professionnelle en danses urbaines Sunu Street.

Un spectacle coloré et audacieux mêlant danse hip hop et traditionnelle, roller et slam.
En s’inspirant de leurs expériences les danseurs Sunu Street nous proposent des chorégraphies aussi techniques qu’expressives autour de thèmes sensibles. On parle de la rue, de ses réalités, de ses injustices, de l’exclusion social, ou encore l’environnement. Mais pas seulement. On célèbre les valeurs positives, celles qui nous anime et qui nous permettent d’avancer. L’Afrique est notre présent !
Sur une bande son aussi éclectique que les danses proposées, et au rythme des percussions, solos, duos et chorégraphies de groupe s’offrent à nous. Un spectacle de qualité riche en émotion !

Chorégraphe : Romuald Brizolier

Interprètes
Danse:Tsenghou Dingha Kirsner, Pi Amadou Lamine Sow (Pi), Francis Gomis,, Fitzerald Nzoghe Mveang, Jule Romain Djihounouk, Kalidou Ba,
Comédien : Alioune Ndiaye
Roller : Fally Fall

Début du spectacle: 21h00

Tarif: 5 000 FCFA
Pré-vente et Adhérents: 3 000 FCFA

Flyer 5 Fevrier 2 Flyer 5 Fevrier Flyer 6 Fevrier Institut Francais

SUNU Street dans “Le Soleil”

Retrouvez l’article du quotidien Le Soleil relatant la prestation de SUNU Street au Centre Culturel de Goree

Danse : « Sunu Street » enflamme le centre culturel de Gorée

Pour son premier spectacle officiel, le groupe de danse « Sunu Street » a régalé, avant-hier, le public du Centre socio-culturel de Gorée. Une soirée organisée par le groupe Kfw Banque de la coopération allemande au développement.
La nuit tombe sur Gorée. L’odeur de la brise nocturne enveloppe, de son manteau, l’île mémoire. En cette période de pleine lune, cette cité, plantée dans l’azur profond de l’océan Atlantique, retrouve tout son charme. Dans l’enceinte du centre socioculturel, situé à la rue Malavois X Boufler’s, plus d’une vingtaine de jeunes danseurs font les derniers réglages, pour monter sur scène.
A peine dix minutes plus tard, la fameuse team des danseurs « Sunu Street » descend des escaliers, de cet ancien théâtre de verdure. L’un d’eux explique, de vive voix, les fondamentaux sur lesquels ce groupe a été créé. Puis, il s’en est allé comme il est venu. Sous un fond musical classique, le spectacle commence par des sauts acrobatiques et mouvementés. Les percussions s’emballent.
Les techniques de l’approche du sol, du « house », du « break dance » ou du « free style » semblent très bien maîtrisées. Sur scène, on ne se ménage pas. On danse le hip-hop, le traditionnel, le métissage. Bref, un peu de tout… Les thèmes de la rue, des réalités quotidiennes, de l’abandon social, de l’environnement rythment les expressions artistiques de ces gymnastes.
Le spectacle est coloré et est à la hauteur de l’attente du public, qui approuve par des vivats. La beauté du mouvement fait oublier le temps qui passe, dans le ciel lunaire de Gorée. 22 heures et quelques minutes, le spectacle se termine, laissant la place à un public excité.  « Sunu Street » est un projet de valorisation de la jeunesse et des danses urbaines au Sénégal. Il regroupe actuellement plusieurs dizaines de membres issus des différentes localités du pays. Le groupe a été mis en place en août dernier, avec l’appui de l’Union européenne, à la suite de cinq semaines d’intenses travaux et sessions de formation. 25 danseurs ont été sélectionnés, entre les régions de Dakar, Saint-Louis, Kaolack, Thiès et Louga.
Cette soirée culturelle a été organisée par Kfw Banque dont le but, explique Markus Faschina, le directeur du Bureau de Dakar, est de participer à la promotion des cultures urbaines au Sénégal. « Notre objectif, c’est la jeunesse, car c’est une meilleure opportunité de développement. Les thèmes dans ce spectacle cadrent parfaitement avec notre vision du développement économique durable », laisse-t-il entendre.
Présent au Sénégal depuis 1962, Kfw Banque est réputé pour son expérience, dans le financement de projets de promotion des énergies renouvelables, dans le domaine photovoltaïque, thermo-solaire, éolien, géothermique et hydroélectrique.

IMG_4544

Premiere Session de la Formation de Formateurs en Danses Urbaines SUNU Street

Du 4 aout au 5 septembre 2014 s’est tenue la 1ere session de la formation professionnelle “SUNU Street” en danse urbaine. Elle a accueilli 27 danseurs de Dakar, Pikine, Guediawaye, Thiès, Louga, Kaolak et Saint Louis!

Pendant 5 semaines du lundi au vendredi de 10h a 17h, les apprentis ont suivi des cours de hip hop, approche du sol, house, ateliers chorégraphiques, travail en groupe, en solo ou duo,  sous la direction de Romuald “Romss” Brizolier et Joseph “Go” Nguessan, deux figures incontournables de la danse hip hop.

Technique, historique, pédagogie, anatomie… tous les outils nécessaires pour enrichir leur savoir et devenir des danseurs urbains accomplis! C’est avec détermination et passion que les 27 apprentis, sélectionnés sur audition, ont dépassé leurs limites et mouillé le t-shirt 6h par jour!

IMGP1655

IMGP1879

Une nouvelle expérience, un vrai défi, qu’ils ont relevés haut la main et c’est avec fierté qu’ils nous on délivré sur la scène du Centre Culturel Blaise Senghor, en clôture des 5 semaines, une performance de haute qualité!

v4 - copie

Pour le première fois au Sénégal, en suivant cette formation professionalisante, les apprentis ont pu explorer, mieux comprendre l’univers des danses urbaines.

Avec des exercices techniques de mouvements (décomposition et terminologie)…

IMGP1763

…des exercices de création mettant en avant leur imagination et interprétation artistique…

IMGP1773

…des exercices de mise en espace chorégraphique…

IMGP2026

…des projections vidéos sur la culture urbaine (merci a Rstyle pour le contenu)…

Untitled3

…comment réveiller sans corps en douceur pour éviter les blessures…

Untitled4

…comment relâcher son corps en fin de journée…

Untitled2

Habitués à danser dans la rue…

_1120438

… ou s’entrainer seuls dans des espaces pas toujours adaptés à la danse, les apprentis ont pu pendant cette formation, apprendre dans des conditions optimales grâce à la générosité du Grand Théâtre National de Dakar qui a mis à disposition ses salles de danse,

Untitled5

et a la salle Sunu Street (ancienne salle d’exposition du Centre culturel Blaise Senghor), rafraichie et réadaptée en salle de danse par l’equipe Sunu street!

Untitled17

Mais les apprentis n’auraient pas pu tenir toute la journée sans les bons petits plats de Mère Anna, aidée par Awa, Mamie et Alioune « le directeur » ! Equipe de choc ! Merci encore !!!

Puis, chaque matin et soir, pour transporter le groupe d’apprentis nous avions notre Sunu Car !!

IMGP1668

 

Untitled7

Untitled8

C’est dans la convivialité, le sérieux, l’entraide, l’investissement personnel, le dépassement de soi, les blessures, les rires, la transpiration et toujours avec passion que s’est achevée le 5 septembre dernier la 1ère session de la formation de formateurs en danses urbaines Sunu Street !

On est heureux, on est fiers !

Rendez-vous le 5 janvier 2015 pour la 2ème session de formation !

Bravo a tous les participants

Baidy BA, Dexter BELLEKA, Paula BOUSSOUGOU, Bayou DIAGNE, Laye DIALLO, Bakary FALL, Francois GOMIS, Marie-Agnes GOMIS, Youssou GUEYE, Danielle MOLONGANDZEYI, Georges MUTEBA, Amary Tacko NDIAYE, Riyou NDIAYE, Jeanne D’arc NIANDIO, Amoudou Lamine SOW, Pelignon TOURE, Kirshner TSENGOU DINGHA, Fitzerald NZOGHE MVEANG, Doumbouya TALAOURI, Jule Romain DJIHOUNOUK, Mouhamadou Fily NDIAYE, Roger SARR, Kalidou BA, Mamadou CISSE, Yankhoba BAKHAYOKHO, Amadou Bamba THIOUNE, et Alassane CAMARA.

IMG_4515

Et un grand merci a nos « supers intervenants » !!!

Romuald « Romss » Brizolier et Joseph « Go » Nguessan

10556863_288985917971444_3301625529055618969_o

Papa Sangone Vieira

Untitled11

by NAIMA SUNU Street 

l’Espace SUNU Street accueille Aida Colmenero Diaz

Le Vendredi 27 Juin, l’espace SUNU Street accueillait une Carte Blanche a la danseuse contemporaine Aida Colmenero Diaz.

Aida nous vient d’Espagne. Passionnée par l’Afrique, ces nombreux séjours au Sénégal sont toujours l’occasions de nouvelles rencontres. Apres une participation a notre Carte blanche HipHop Games” en tant qu’invitée Source, il nous semblait normal de proposer a Aida de nous faire decouvrir son univers intérieur et la richesse de son travail d’interpretation lors d’une session dans notre espace.

En voici le récit…

10382179_10202929456730662_5431168127688310668_n

” La Poésie est le point d’intersection entre le pouvoir divin et la liberté humaine” Octavio Paz

” Qui es-tu, au fond de toi?” ” Comment cela se transmet, se ressent-il dans ta danse?” “Chercher l’essence du mouvement en dedans, toujours en dedans”

Quelques mots qui donnent une idée de la philosophie d’Aida, qui est de trouver l’essence de notre etre dans un moyen d’expression: la Danse. La Carte blanche du 27 Juin commence dans une atmopshere calme et chaleureuse; avec notamment beaucoup de femmes ou de jeunes danseuses qui font la majorité de cette session. Un cercle se crée autour d’Aida pendant qu’elle mene l’échauffement. Suivent des exercices de groupe basés sur le ressenti des autres, notre musique intérieure et des mouvements d’ensemble. Aida est attentive a chacun, et fait en sorte de tous nous accompagner dans notre recherche personnelle.

IMG_3181

Pour certains danseurs, c’est une premiere découverte vers l’univers de la danse contemporaine. Bayou, jeune danseur hiphop de Rufisque se prete au jeu d’interprétation et laisse Aida le guider dans un monde nouveau. Bakary et Riyou suivent d’un oeil attentif les indications d’Aida sur l’attention a l’espace, les déplacements et l’appropriation personnelle de mouvements donnés par une personne exterieure.

IMG_3236

La Carte Blanche continue. Un nouveau cercle se crée.  Aida nous fait écrire, sur cette simple question: ” Pour toi, que signifie etre en vie?” Chacun de nous donne sa propre réponse. Pour certains c’est un simple mot, pour d’autres un poeme. Aida nous demande de l’exprimer tour a tour a haute voix, pour nous et pour les autres. Puis vient le moment de le danser. Chacun a la liberté de s’exprimer et de nous faire ressentir ses significations, seul devant son auditoire. Pour Naima, c’est l’espoir, pour Kaysha, c’est l’existence, pour Aida l’amour universel, pour Silvio l’harmonie avec son environnement, pour Siaka les énergies humaines…

IMG_3169

Une belle introduction a la philosophie d’Aida. Dépasser les categories et les styles pour se concentrer sur le mouvement. Avec elle, nous ne sommes plus seulement danseurs et danseuses hiphop, danseurs ou danseuses urbaines, mais danseurs avec un message  a porter, danseurs avec une identité, danseurs avec une Histoire.

Merci pour ce beau moment Aida.

 

Accueil du Projet She Poems a l’espace SUNU Street

L’espace SUNU Street a également eu l’occasion d’accueillir les séances du travail chorégraphique d’Aida pour le projet SHE POEMS. SHE POEMS sont des « poèmes de danse vidéo », joués par les femmes artistes africaines et chorégraphiés par Aïda . Le travail rend hommage aux femmes africaines á travers les poèmes écrits en langue espagnol ou africaine.

Le projet a commencé à Dar es Salaam, Tanzanie en 2013 et a ensuite continué à Lagos, Nigeria.  Aïda Colmenero Dïaz travaille a Dakar avec les deux danseuses Khoudia Toure et Marie Agnes Gomis, qui présentent ce travail au Goethe Institut de Dakar.

Répétitions a l’espace SUNU STreet. Photographie: Calo Yeleen Vision

10300503_706521699414560_199835993614904849_n 10487348_706521732747890_146757249032622753_n

 

SHE POEMS/ELLA POEMA Senegal
directed by Aïda Colmenero Dïaz
dancer: Maria Agnes Gomis/Khoudia Touré
photo : Siakka S.Traoré
all rigths reserved
Avec le soutien de Casa Africa, Goethe Institut, Aula Cervantes, Ambassade d’Espagne au Senegal.

Nous avons tous une Légende personnelle.

La toute première carte blanche à l’Espace SUNU Street débutait le 19 Avril 2014 avec 3 membres de la Compagnie “Les Gens De” : Ucka Ludovic Ilolo, Anna Ivacheff, et Christine Nypan pour un premier atelier fort en ressenti. Une belle façon d’inaugurer les toutes premières activités de l’espace SUNU Street, d’aller au-delà des pas et des techniques, pour travailler sur notre intériorité, notre monde « organic ».

En voici le récit…

Carte Blanche Les Gens De - Espace SUNU Street - Avril 2014

Carte Blanche Les Gens De – Espace SUNU Street – Avril 2014

Première carte blanche à l’Espace SUNU Street. Il est 17h30, les intervenants de « Les Gens De » attendent l’arrivée des danseurs en esquissant quelques pas de Sabar appris dans la journée. L’atelier démarre avec une dizaine de danseurs, au fur et à mesure les portes de l’espace continuent de s’ouvrir pour accueillir de plus en plus de monde. La Carte Blanche commence dans un rythme déjà particulier : les trois intervenants se partagent l’espace en triptyque et se relaient à tour de rôle, il ne s’agit pas seulement d’un ’échauffement mais d’une préparation mentale pour la suite du voyage. Trois intervenants aux énergies différentes mais tellement connectées qu’elles se complètent sans se confondre. Le calme profond et bienveillant d’Ucka, la tranquillité et le groove d’Anna, l’enthousiasme débordant de Christine.

Carte Blanche Les Gens De - Espace SUNU Street - Avril 2014

Carte Blanche Les Gens De – Espace SUNU Street – Avril 2014

cercle ludo

 

961299_10152364949837460_97697660_n (1)

Cela fonctionne et la sauce « organic » prend à merveille, tous les danseurs concentrés se prêtent au jeu et s’essayent à différents exercices, dont ils n’ont pourtant pas l’habitude. Dans la salle, tous les styles se confondent : danseurs hiphop, break, krump, traditionnels. Sénégal, Gabon, Liberia, Burkina Faso… L’essentiel est cette envie commune de faire l’expérience a plusieurs, tous unis par nos cultures urbaines. Les univers musicaux eux-mêmes sont soigneusement étudiés, et nous forcent à mieux ECOUTER ce qui nous meut. Changements d’atmosphère, de ressenti, de conditions, d’espace. Dissolution de l’espace-temps.

10276570_10152364949627460_606837500_n

10150913_10152364949482460_1492350049_n

10264877_10152364949487460_279381298_n

Le point le plus marquant de cet atelier -qui se dévoile comme un vrai échange- est la communication et la grande écoute qui se crée entre intervenants et danseurs. Bien loin de chercher à imposer une technique, enseigner des pas, Les Gens De nous demandent de développer  notre être, de prendre conscience de notre identité, d’effectuer ce travail intérieur mais universel que peut et doit rechercher chaque danseur.

10253324_10152364949752460_1567641366_n

Ce qui marque tous nos esprits, c’est que cette prise de position s’est faite dès le départ : et tel est le message que laissent Les Gens De a l’espace SUNU Street: ils sont venus à leur rencontre, échanger sur le même pied d’égalité, leur donner les mêmes clés qui leur ont à eux-mêmes ouvert des portes. Leur donner une influence de plus dans leur voyage personnel. L’atelier finit par un cercle ou se prêtent à un moment d’interprétation les danseurs qui en ont envie.

10259582_10152364949667460_1130013097_n10261770_10152364949502460_2095784688_n10268246_10152364949642460_36497047_n

De beaux moments de paix, de danse, et de connexion. Un message d’espoir positif et important qui nous rappelle l’universalité qui nous lie. Pour les danseurs et Les Gens De, le don et le recevoir vont dans les deux sens.

Nous avons tous une légende personnelle.

10261946_10151962800771266_1202126209_n

This slideshow requires JavaScript.