RUN

Février 2015, le chorégraphe Heddy Maalem vient au Sénégal découvrir le projet Sunu Street. Il vient accompagné de Christopher Tew, vidéaste talentueux à l’œil sensible et téméraire, venu tout droit de Londres.

De cette rencontre nait une vidéo artistique mettant en scène Pierre Belleka, alias Dexter danseur de Krump.

“Cette réalisation est une pièce importante du puzzle, réunissant avec brio danse revendicative, musique psychédélique qui nous plonge dans cette urgence de vivre, libre, images brulantes de violence et de misère, mais aussi de force et d’envie d’avenir, le tout dans une composition audacieuse.

Ces images que nous renvoient-elles, bavardes de symboliques et de questionnements, émerveillement devant l’énergie entière et la vérité d’un corps ?

Nous rendons hommage à l’Afrique contemporaine, entre urbanisme, créativité, développement, diversité, enthousiasme, coalition des cultures et des points de vues. Une Afrique où réside les plus folles espérances.” – Nach

 

« Par leurs voix, [ce nouveau langage – ici du corps], trempé dans les réalités mutantes des grandes cités, devient un extraordinaire espace de métamorphose des imaginaires et des sensibilités. […] Parole qui nous démontre superbement l’originalité, la diversité et la puissance d’invention de cette jeune génération […] »

Snapshots – Nouvelles voix du Caine Prize, édition Zulma

 

 

Advertisements

Sunu Street c’est reparti !

Le pari était de taille et nous l’avons relevé tous ensemble !!!

Merci à tous les danseurs Sunu Street pour leur implication et leurs énergies positives.

10959751_458328874321112_8562215608513613227_n

11069372_814636655257109_4952802990104073762_n

Fin de la première année de formation en danses urbaines Sunu Street clôturée en beauté!

Près de 700 personnes sont venues assister au spectacle de restitution de la première année du projet Sunu Street, qui se tenait au Théâtre National Daniel Sorano.

Le lendemain on a remis ça à l’Institut Français de Dakar.

10984059_646160422157234_7703571105148166729_n

S’Pectacle BuMag ! Nio FAR ! Quelles émotions !

C’est devant des salles bien pleines que les danseurs Sunu Street se sont donnés en spectacle pour le bonheur de tous.

Notre objectif était de rendre ces danseurs talentueux visibles, de leur permettre d’être reconnus par les institutions et aussi par les populations. Ces scènes leur a permit de créer et d’être entendu.10171283_646159822157294_6781580280667442001_n

C’est la fin d’une année de travail acharné pour les élèves et leurs formateurs, ainsi que pour l’équipe organisatrice.

Mais ce n’est pas la fin, ça non !

Maintenant, le défi reste de suivre les élèves formés dans leur professionnalisation, de les conseiller pour qu’ils puissent bâtir leur carrière de danseurs.

Prochaine représentation de la création Nio Far, le 30 mai à l’occasion du festival Kaay Fecc 2015 qui aura lieu à Douta Seck !

Attention !! La reprise est proche. Nouvelle édition de formation Sunu Street 2015/2016

Pour une nouvelle promotion de danseurs motivés, les auditions auront lieu au mois de juin. Le planning détaillé est à venir.

L’équipe Sunu Street fera à nouveau un tour des régions à la rencontre des danseurs urbains et aussi a Dakar.


TENEZ VOUS PRÊTS

!! AUDITION SUNU STREET DÉBUT JUIN !!

Pour cette année 2015, la formation de formateurs aura lieu du 27 juillet au 12 septembre.

Nos intervenants reviennent en pleine forme pour reprendre le travail d’acquissions des bases de danses Hip-Hop avec de nouveaux élèves. Notre partenaire Afreekanam donnera des enseignements en danses traditionnelles.

De nouvelles aventures à suivre de très, très, très près…

Premiere Session de la Formation de Formateurs en Danses Urbaines SUNU Street

Du 4 aout au 5 septembre 2014 s’est tenue la 1ere session de la formation professionnelle “SUNU Street” en danse urbaine. Elle a accueilli 27 danseurs de Dakar, Pikine, Guediawaye, Thiès, Louga, Kaolak et Saint Louis!

Pendant 5 semaines du lundi au vendredi de 10h a 17h, les apprentis ont suivi des cours de hip hop, approche du sol, house, ateliers chorégraphiques, travail en groupe, en solo ou duo,  sous la direction de Romuald “Romss” Brizolier et Joseph “Go” Nguessan, deux figures incontournables de la danse hip hop.

Technique, historique, pédagogie, anatomie… tous les outils nécessaires pour enrichir leur savoir et devenir des danseurs urbains accomplis! C’est avec détermination et passion que les 27 apprentis, sélectionnés sur audition, ont dépassé leurs limites et mouillé le t-shirt 6h par jour!

IMGP1655

IMGP1879

Une nouvelle expérience, un vrai défi, qu’ils ont relevés haut la main et c’est avec fierté qu’ils nous on délivré sur la scène du Centre Culturel Blaise Senghor, en clôture des 5 semaines, une performance de haute qualité!

v4 - copie

Pour le première fois au Sénégal, en suivant cette formation professionalisante, les apprentis ont pu explorer, mieux comprendre l’univers des danses urbaines.

Avec des exercices techniques de mouvements (décomposition et terminologie)…

IMGP1763

…des exercices de création mettant en avant leur imagination et interprétation artistique…

IMGP1773

…des exercices de mise en espace chorégraphique…

IMGP2026

…des projections vidéos sur la culture urbaine (merci a Rstyle pour le contenu)…

Untitled3

…comment réveiller sans corps en douceur pour éviter les blessures…

Untitled4

…comment relâcher son corps en fin de journée…

Untitled2

Habitués à danser dans la rue…

_1120438

… ou s’entrainer seuls dans des espaces pas toujours adaptés à la danse, les apprentis ont pu pendant cette formation, apprendre dans des conditions optimales grâce à la générosité du Grand Théâtre National de Dakar qui a mis à disposition ses salles de danse,

Untitled5

et a la salle Sunu Street (ancienne salle d’exposition du Centre culturel Blaise Senghor), rafraichie et réadaptée en salle de danse par l’equipe Sunu street!

Untitled17

Mais les apprentis n’auraient pas pu tenir toute la journée sans les bons petits plats de Mère Anna, aidée par Awa, Mamie et Alioune « le directeur » ! Equipe de choc ! Merci encore !!!

Puis, chaque matin et soir, pour transporter le groupe d’apprentis nous avions notre Sunu Car !!

IMGP1668

 

Untitled7

Untitled8

C’est dans la convivialité, le sérieux, l’entraide, l’investissement personnel, le dépassement de soi, les blessures, les rires, la transpiration et toujours avec passion que s’est achevée le 5 septembre dernier la 1ère session de la formation de formateurs en danses urbaines Sunu Street !

On est heureux, on est fiers !

Rendez-vous le 5 janvier 2015 pour la 2ème session de formation !

Bravo a tous les participants

Baidy BA, Dexter BELLEKA, Paula BOUSSOUGOU, Bayou DIAGNE, Laye DIALLO, Bakary FALL, Francois GOMIS, Marie-Agnes GOMIS, Youssou GUEYE, Danielle MOLONGANDZEYI, Georges MUTEBA, Amary Tacko NDIAYE, Riyou NDIAYE, Jeanne D’arc NIANDIO, Amoudou Lamine SOW, Pelignon TOURE, Kirshner TSENGOU DINGHA, Fitzerald NZOGHE MVEANG, Doumbouya TALAOURI, Jule Romain DJIHOUNOUK, Mouhamadou Fily NDIAYE, Roger SARR, Kalidou BA, Mamadou CISSE, Yankhoba BAKHAYOKHO, Amadou Bamba THIOUNE, et Alassane CAMARA.

IMG_4515

Et un grand merci a nos « supers intervenants » !!!

Romuald « Romss » Brizolier et Joseph « Go » Nguessan

10556863_288985917971444_3301625529055618969_o

Papa Sangone Vieira

Untitled11

by NAIMA SUNU Street 

l’Espace SUNU Street accueille Aida Colmenero Diaz

Le Vendredi 27 Juin, l’espace SUNU Street accueillait une Carte Blanche a la danseuse contemporaine Aida Colmenero Diaz.

Aida nous vient d’Espagne. Passionnée par l’Afrique, ces nombreux séjours au Sénégal sont toujours l’occasions de nouvelles rencontres. Apres une participation a notre Carte blanche HipHop Games” en tant qu’invitée Source, il nous semblait normal de proposer a Aida de nous faire decouvrir son univers intérieur et la richesse de son travail d’interpretation lors d’une session dans notre espace.

En voici le récit…

10382179_10202929456730662_5431168127688310668_n

” La Poésie est le point d’intersection entre le pouvoir divin et la liberté humaine” Octavio Paz

” Qui es-tu, au fond de toi?” ” Comment cela se transmet, se ressent-il dans ta danse?” “Chercher l’essence du mouvement en dedans, toujours en dedans”

Quelques mots qui donnent une idée de la philosophie d’Aida, qui est de trouver l’essence de notre etre dans un moyen d’expression: la Danse. La Carte blanche du 27 Juin commence dans une atmopshere calme et chaleureuse; avec notamment beaucoup de femmes ou de jeunes danseuses qui font la majorité de cette session. Un cercle se crée autour d’Aida pendant qu’elle mene l’échauffement. Suivent des exercices de groupe basés sur le ressenti des autres, notre musique intérieure et des mouvements d’ensemble. Aida est attentive a chacun, et fait en sorte de tous nous accompagner dans notre recherche personnelle.

IMG_3181

Pour certains danseurs, c’est une premiere découverte vers l’univers de la danse contemporaine. Bayou, jeune danseur hiphop de Rufisque se prete au jeu d’interprétation et laisse Aida le guider dans un monde nouveau. Bakary et Riyou suivent d’un oeil attentif les indications d’Aida sur l’attention a l’espace, les déplacements et l’appropriation personnelle de mouvements donnés par une personne exterieure.

IMG_3236

La Carte Blanche continue. Un nouveau cercle se crée.  Aida nous fait écrire, sur cette simple question: ” Pour toi, que signifie etre en vie?” Chacun de nous donne sa propre réponse. Pour certains c’est un simple mot, pour d’autres un poeme. Aida nous demande de l’exprimer tour a tour a haute voix, pour nous et pour les autres. Puis vient le moment de le danser. Chacun a la liberté de s’exprimer et de nous faire ressentir ses significations, seul devant son auditoire. Pour Naima, c’est l’espoir, pour Kaysha, c’est l’existence, pour Aida l’amour universel, pour Silvio l’harmonie avec son environnement, pour Siaka les énergies humaines…

IMG_3169

Une belle introduction a la philosophie d’Aida. Dépasser les categories et les styles pour se concentrer sur le mouvement. Avec elle, nous ne sommes plus seulement danseurs et danseuses hiphop, danseurs ou danseuses urbaines, mais danseurs avec un message  a porter, danseurs avec une identité, danseurs avec une Histoire.

Merci pour ce beau moment Aida.

 

Accueil du Projet She Poems a l’espace SUNU Street

L’espace SUNU Street a également eu l’occasion d’accueillir les séances du travail chorégraphique d’Aida pour le projet SHE POEMS. SHE POEMS sont des « poèmes de danse vidéo », joués par les femmes artistes africaines et chorégraphiés par Aïda . Le travail rend hommage aux femmes africaines á travers les poèmes écrits en langue espagnol ou africaine.

Le projet a commencé à Dar es Salaam, Tanzanie en 2013 et a ensuite continué à Lagos, Nigeria.  Aïda Colmenero Dïaz travaille a Dakar avec les deux danseuses Khoudia Toure et Marie Agnes Gomis, qui présentent ce travail au Goethe Institut de Dakar.

Répétitions a l’espace SUNU STreet. Photographie: Calo Yeleen Vision

10300503_706521699414560_199835993614904849_n 10487348_706521732747890_146757249032622753_n

 

SHE POEMS/ELLA POEMA Senegal
directed by Aïda Colmenero Dïaz
dancer: Maria Agnes Gomis/Khoudia Touré
photo : Siakka S.Traoré
all rigths reserved
Avec le soutien de Casa Africa, Goethe Institut, Aula Cervantes, Ambassade d’Espagne au Senegal.

Carte Blanche à Afreekanam avec Papa Sangone Vieira

Ce jeudi 26 juin on accueillait pour une Carte Blanche, Papa Sangone Vieira, danseur, chorégraphe, musicien et directeur artistique de la compagnie Afreekanam.

Ce danseur aux multiples talents est venu partager son univers riche de nombreuses expériences allant de la danse contemporaine jusqu’au Kung fu en passant par les danses traditionnelles africaines et la danse hip hop!

Toujours à la recherche d’innovation artistique, il nous a proposé un exercice dansé mêlant vitesse du mouvement et hauteur du corps dans l’espace.

1…étant la vitesse la plus lente… jusqu’à 10, vitesse la plus rapide !

A, B, C et D…pour les différents niveaux.

A 1….position sol, vitesse très lente !

C7….position debout vitesse rapide !

D3….saut, vitesse moyenne !

Ect,ect…

Gestion de l’espace, adaptation, écoute, ressenti, improvisation ! Les danseurs ont pu explorer leur danse sous une toute nouvelle forme ! Plus qu’intéressant et très enrichissant !

DSC_0849

Puis un autre exercice en duo cette fois ci !

Un danseur touche une partie du corps de l’autre lui transmet une énergie. Ce point sera le fil conducteur du mouvement. Un travail d’écoute du corps, de sensation, de sensibilité du toucher et de dissociation !

DSC_0860

Il a nous également fait partager l’univers des danses traditionnelles !

« Ondulation, tribulation et contraction sont les maîtres-mots des danses africaines traditionnelles, nous dit-il ! »

Les danseurs devaient analyser le rythme pour le comprendre et gérer les transitions entre chaque mouvement. Un exercice de musicalité, changement d’énergie, d’écoute et coordination!

Papa Sangone est non seulement un artiste brillant doté d’un talent extraordinaire, mais c’est aussi un pédagogue hors pair avec une culture artistique riche et toujours enthousiaste de transmettre!

Merci M Vieira pour cette belle Carte Blanche !

Vous pourrez retrouver Vieira pour une série de Carte Blanche au mois de septembre 2014 !

Sunu Team

AUDITIONS – DAKAR

Des frissons ! C’est un peu ce que toute l’Equipe SUNU Street a ressenti lors de cette, tant attendue, audition de Dakar, au Centre Culturel Blaise Senghor, ce vendredi 20 juin dernier.

Quelle émotion que de voir ici réunis plus d’une trentaine de danseurs à l’énergie débordante. Les heures passèrent, la fatigue se faisait ressentir et pourtant, personne ne se décourageait. Cette vitrine qu’ils constituaient était celle d’une envie sans faille et d’une persévérance impressionnante.

Nous ne pouvions qu’être impressionnés.

Cette audition représentait l’aboutissement de plusieurs mois de travail et les danseurs étaient si nombreux, si déterminés à vouloir faire partie de l’aventure SUNU Street… Nous ne pouvions qu’être émus.

Mais l’émotion ne fut pas uniquement palpable à Dakar, il y eut aussi Thiès, le lundi 23 juin sans compter les auditions précédentes à St-Louis, Kaolack et Pikine que nous avions déjà évoqué dans un post passé.
Tant de rencontres enrichissantes, de moments forts qui font grandir SUNU Street.

Déterminer quels seront ceux qui vont être sélectionnés est une tâche compliquée. Mais quoiqu’il arrive, nous tenions à remercier chaque candidat pour l’énergie qu’il a libéré lors de l’audition qui le concernait.
Nous tenions également à remercier Romuald, Pape Sangone Vieira et Ciré Cissé pour leur implication dans ces auditions. Sans eux, rien n’aurait été.

Et un grand merci à vous, qui êtes de plus en plus nombreux à nous suivre.

SUNU Street, c’est NOUS !

Premier SUNU Talk

Le 29 mai dernier, se réunissaient anciennes et nouvelles générations du monde hip-hop afin d’animer le tout premier SUNU Talk de l’histoire de SUNU Street. Une première édition reçue avec un tel engouement que nous pouvons avoir confiance en l’avenir de cette table ronde aux règles… peu communes !

En voici le récit…

Six intervenants, des jeunes et… des moins jeunes ? Qu’importe, la danse urbaine réunit les générations, les crews, les hommes, les femmes et c’est sur cette notion que s’appuie en partie le projet SUNU Street. Un esprit de cohabitation, de partage, une envie d’abattre les frontières, telles sont les valeurs que nous souhaitons exploiter au quotidien. Valeurs sur lesquelles nous nous reposons afin de proposer toujours plus d’activités aux danseurs curieux d’y participer. C’est ainsi qu’est né le SUNU Talk.

Le concept est simple : une table ronde, des invités, des modérateurs, un public et un sujet.

Pour cette première édition, l’équipe s’est arrêtée sur l’évolution de la danse hip-hop depuis sa révélation en tant que telle à nos jours.

Nous recevions alors trois représentants de la « nouvelle génération », Abdoulaye Diallo, dit « Abdallah », membre des Punishers Crew, Pierre Belleka, dit « Dexter », membre des Roots Empire et Aïda Camara, membre de Danse Fé.

Face à eux les représentants de « l’ancienne génération », plus âgés d’une dizaine voire d’une quinzaine d’années. Bayano, Octave, membre pionnier du groupe Xtreme Bboys et Papis Ba, représentant l’un des plus anciens groupes ; Soul Body Ground, étaient présents.

Après que chaque intervenant ait présenté son parcours, la première question donne rapidement le ton du SUNU Talk ; qu’est-ce que le hip-hop selon vous ? Pensez-vous qu’il y ait un « avant » et un « après » ?
Les esprits des intervenants s’échauffent, se rencontrent et se heurtent. Des mains levées se dessinent tour à tour, témoins de l’intérêt et de la curiosité du public désireux de prendre part à la table ronde.
Une heure et demie, voire deux heures durant, les représentants des deux générations défendent leur position avec conviction. Les arguments et les constats fusent.

L’ancienne génération :

“La génération actuelle bénéficie de plus d’événements et donc, de visibilité. Notre but était de conduire la danse hip-hop à ce niveau.” Papis

“Le hip-hop avant, c’était de la passion, dorénavant c’est de la motivation. C’est devenu un moyen de réussir, c’est un ascenseur social.” Bayano

“Auparavant, la structure de la danse urbaine était bien définie et bien organisée, aujourd’hui, tout part dans tous les sens.” Octave

La nouvelle génération :

“On ne peut pas vraiment parler d’un avant et d’un après. Si rupture il y a eu, cela s’est effectué avec les nouvelles technologies. Des différences existent, en ce qui concerne les lieux dans lesquels nous dansons, l’idéologie que nous véhiculons, l’appartenance à notre crew, mais l’essence du mouvement est restée la même.” Aïda

“Avant, il y avait un côté informel, illégal alors qu’à présent c’est plus médiatisé.” Aïda

“Aujourd’hui, le hip-hop est davantage utilisé pour plaire, séduire. Les filles sont impressionnées et les fans sont nés, ils existent. Nous avons perdu en émotion.” Dexter

“Le hip hop c’est la liberté, ça nous permet de nous exprimer, c’est une façon de régler les conflits. Il est important de trouver l’équilibre entre préservation des racines et évolution.” Abdallah

Mais au-delà des oppositions, les esprits se rejoignent pour dire que la nouvelle génération a désormais toutes les clefs en mains pour réussir et que le dialogue est inexistant entre les générations. EST inexistant ou ETAIT inexistant ? Sans vraiment sans rendre compte SUNU Street a mise en place la première interaction qui fut jamais proposée entre les différentes générations de la danse urbaine.

Les remerciements des intervenants font chaud au cœur et nous encouragent à nous dépasser, toujours plus, pour vous proposer des activités qui puissent servir davantage la danse urbaine.

Pendant près de trois heures, nous nous enrichissons les uns, les autres. Le message vidéo de Bboy Freeze, les interventions de Chico qui, dissimulé dans le public, partageait son expérience de précurseur en danse urbaine (un des premiers activistes hip-hop au Sénégal), la ferveur du public qui clôt le débat par ses interventions en wolof sont autant d’éléments qui ont fait du SUNU Talk un moment fort.

Une première qui vous doit tout, vous, public attentif et concerné, vous, intervenants impliqués et passionnés, vous, partenaires de l’ombre attentionnés… et un peu nous et vous aussi, membres de l’équipe SUNU Street, utopistes de la première heure qui veulent soutenir et accompagner les danseurs sénégalais.

Utopistes ou généreux ? Utopistes ou confiants ? Utopistes ou ambitieux ?

Et si nous étions tous ces hommes à la fois ? Et si VOUS étiez tous ces hommes à la fois ?

La famille SUNU Street s’agrandit un peu plus chaque jour et c’est en vous qu’elle trouve ses ressources.

Alors à tous cela, un seul mot…

MERCI

Les HIP-HOP GAMES Concept font Carte Blanche à Dakar

L’équipe des Hip-Hop Games Concept est hyperactive, et nous, ça nous va bien !
Après une superbe édition à la Villette, l’équipe globe-trotteuse composée de Romu, Malick, Bens, Nans et Azzedine embarque direction Dakar, Sénégal.

YA SALAM !!

Une carte blanche SUNU STREET s’impose !! Et ça s’annonce lourd.
Laissons place à l’univers des « Jeux de la danse », un concept novateur, convivial et festif basé sur l’improvisation et l’interprétation, où des artistes donnent libre cours à leurs émotions, leur imagination et leur créativité.

Pour la première fois les danseurs sénégalais se prêtent aux jeux de l’improvisation, et pas n’importe lesquels :

– La « Playlist variée » : savoir changer d’état et d’univers dans l’instant

– La « Roulette d’accessoires » : ou comment choisir d’accompagner ou détourner un objet.

– L’épreuve des « Sources » : rentrer dans l’univers d’un artiste sans le connaitre

– La « Contrainte d’espace » : en équipe, appréhender en mouvement des espaces définis, s’en servir, les détourner, les inventer…

– Le « Reflet d’imaginaire » : Une nouvelle épreuve en exclu rien que pour SUNU Street et grâce à notre photographe officiel Siaka Soppo Traore (Calo Yeleen Vision). A partir de clichés les danseurs doivent retranscrire l’instant de la prise de vue, la beauté, la force ou l’abstraction du moment.
Comment ressentir, interpréter l’image et comment transmettre, et partager cet instant précieux avec le public ?
Un exercice bluffant qui donne des idées pour la suite…

– La « Minute explosive » : Arriverez-vous à ramasser des sachets en plastique le plus rapidement et le plus techniquement possible ? Respect de l’environnent et esthétique… surprenant !

Du jamais vu ! Des Hip-Hop Games Roots comme on les aime !

Improvisation avec un peintre fou, peinture verte, jaune, rouge. Méli-mélo de styles de musiques et danses, balafon, acoustique, duos à la fois sensibles et explosifs, rencontres scéniques inattendues, photographies qui prennent vie et un final en grandes pompes… On en veut encore !

Rendez-vous à St-Louis pour la vraie compétition où quatre groupes vont s’affronter….
L’équipe gagnante aura la chance de s’envoler pour Lille où aura lieu la grande finale des Hip-hop Games

Attention, les Bad Trip Crew (qualification Paris), Compagnie N.S (qualification Ouest), Compagnie Just1 Kiff (qualification Grand Nord) seront dans la place !

Les danseurs et nous tous, sommes reconnaissants pour cette nouvelle expérience, qui nous donne le goût de l’improvisation.
Dansons avec tous, avec tout, à chaque instant, avec inspiration et imagination !

SUNU Street grandit grâce aux artistes qui volontairement et généreusement nous offrent des instants de pure création dans des énergies de partage. Ils viennent de tous horizons et partagent une même passion.

A quand la prochaine édition Boy D ?

Nio Far

Une parenthèse afro-brésilienne

Le jeudi 22 mai dernier, SUNU Street occupait la salle de spectacle du Centre Culturel Blaise Senghor pour une Carte Blanche autour de la Capoeira. C’est ainsi que Souvenir Destell est venu partager avec nous sa passion pour cet art martial afro-brésilien en permettant à de nombreux danseurs d’en découvrir les rites et  techniques.

Un délicieux aparté que nous avons partagé dans la douceur et la bonne humeur. Que dire de plus quand les images parlent d’elles-mêmes… ?

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image