Arrivage des 1eres Cartes de Membre SUNU Street !

Advertisements

On the roof !

Le 8 mai dernier SUNU Street était à l’honneur pour fêter l’ouverture de la Fête de l’Europe à la Résidence de l’Union Européenne à Dakar. Chaudement accueillie, toute l’équipe a fait son show et a su surprendre les invités.

Il faut dire que chaque danseur présent ce soir-là s’était longuement préparé. Des heures, des après-midi voire des journées de répétition afin de présenter leur création, produite pour l’occasion. L’espace SUNU Street avait été le lieu de cette effervescence croissante.

Alors que le soleil se couche, nous voyons tour à tour, apparaître Khoudia, Riyou, Nach, Abdallah et Bakary sur le toit de la Résidence. Non, vous ne rêvez pas, nous avons bien parlé du « toit » !

Qui d’autres que les membres de SUNU Street auraient pu avoir l’idée saugrenue, réalisable et époustouflante cependant, de performer sur le toit d’une maison en freestyle ?

Sur une bande son soigneusement choisie par les danseurs, les corps s’échauffent et font monter l’effervescence au sol.
S’en suit une brève présentation du projet tenue par les filles ce avant que toute l’équipe ne remonte sur scène pour présenter sa production. Le public la reçoit chaleureusement et l’ambiance de la soirée est l’image du Sénégal ; conviviale, festive et colorée.

Les membres de l’équipe assurent le spectacle toute la nuit durant et SUNU Street se voit tour à tour complimenté et admiré.

Quel événement…
Après l’agitation des préparatifs, la récompense !

« Donner de la visibilité au projet » était le pari de cette soirée. Pari tenu ? Tout n’est pas encore fait, mais SUNU Street peut s’assurer d’avoir séduit son public et le chemin semble d’ores et déjà bien parcouru.

Annonce Formation SUNU STREET

Bonjour à tous,

Le projet Sunu Street c’est également une formation professionnalisante aux danses urbaines!!!
Les auditions pour la première formation ( 2 sessions de 5 semaines) se dérouleront le  20 et 21 Juin 2014 à 14h au Centre culturel Blaise Senghor.
10007009_651080044946105_3303448478338193028_n
 
Pour s’incrire aux auditions il est impératif de remplir le formulaire d’inscription disponible à la salle Sunu Street ou en téléchargement sur notre WordPress https://sunustreetproject.wordpress.com/
——————————————————————————————
FICHES D’INSCRIPTIONS A TELECHARGER ICI:
Formation generale (6 semaines)
Modules specifiques Enseignement et Creation (4 semaines)
 
Si vous avez des questions n’hésitez à nous contacter.

Et la danse contemporaine rencontra le hip-hop…

C’est dans une atmosphère toujours aussi conviviale et propice à l’échange, que la salle Sunu Street du centre Blaise Senghor, et une dizaine de ses formidables danseurs ont accueilli hier soir , dans le cadre d’une carte blanche, la danseuse contemporaine Diane Fardoun

10418472_831139076940200_6614597557673793401_n  1040766_10151530533171297_1620338246_o

Dans un festival de paroles enjouées, et de musiques aux rythmes tous plus entrainants les uns que les autres, cette artiste de talent a su nous entrainer avec jovialité et détermination farouche, dans un nouvel univers empreint de folle décadence mais aussi de technique. Si certaines consignes étaient données, elle a cependant laissé l’opportunité aux danseurs d’entrer dans son monde en y apportant une part d’eux-mêmes, un ressenti, une émotion personnelle, une sorte d’histoire à raconter à travers chaque mouvement émanant aussi de leur propre style de danse… une façon de ne pas se départir de leur identité artistique. Un mélange de hip-hop et de contemporain. Une formule tout simplement brillante et fort agréable au regard.

Il s’agissait tout d’abord, pour une entrée en matière, de stimuler certaines parties du corps. Diane nous demande donc à tous de nous allonger sur le dos et de fermer les yeux. Silence. Puis murmures… Sa voix nous dicte la détente, la relaxation. Les corps sont relâchés, apaisés. Après quelques secondes de cette douce quiétude, les yeux toujours clos, il nous faut à présent mouvoir les bras très lentement dans le sens que l’on veut. Prendre le temps de profondément ressentir le mouvement, puis, toujours très lentement accompagner le mouvement des bras par celui du dos et des jambes, faire des vagues, se prélasser sur le tapis de danse doucement, lascivement… cela fait du bien!

Quelques minutes d’étirements félins, de position du fœtus et de hochements de tête laconiques, et il est temps de mettre fin à la première partie de la séance… Oh non encore quelques minutes Diane! D’ailleurs, toujours allongée sur le dos, les yeux clos et l’expression de l’ultime apaisement sur le visage je suis la seule à ne pas entendre qu’il faut ouvrir les yeux et se relever.

_MG_3709

La carte blanche se poursuit. Toujours dans le principe de l’échauffement et avec un accompagnement musical assez envoutant, il s’agit pour notre bonne dizaine de danseurs présents, d’occuper tout l’espace du tapis et de déambuler dans un véritable désordre en se croisant les uns les autres. ” N’hésitez pas à regarder droit dans les yeux les personnes que vous croisez” nous dit Diane. Frôlements et regards inquisiteurs sont alors au rendez-vous, tandis que sans s’en rendre réellement compte, les corps sont échauffés et prêt à l’entrée en action.

Vient ensuite le moment de commencer les choses sérieuses. De basculer dans le vif du sujet! Très motivés et impatients de commencer, trois rangées sont formées: Dexter, Pi et Fatima constituent la première. Derrière eux se tiennent Thiat, Tahicia et junior, et puis enfin, Siaka, Emi et moi-même fermons la boucle. Diane quant à elle, se tient face à nous. Très inspirée et expressive dans ses gestes elle nous donne les directives à l’oral, et en même temps, avec beaucoup de souplesse et une Grace incommensurable, elle nous dresse à travers sa danse une ébauche de ce qu’elle attend de nous.

_MG_3371

Dans un premier temps, chaque rangée doit s’avancer tour à tour en dansant lentement et en traçant des gestes ouverts, comme s’il s’agissait en fait de partager l’énergie que l’on a en soi avec les autres. 1ère rangée, 2ème rangée, puis la 3ème rangée! Nous y passons tous sous l’œil et les paroles encourageantes de Diane qui nous attend au bout du tapis. Nous sommes tous portés par la musique et l’ambiance détendue et sérieuse qui s’est installée! Puis s’en suit une longue série de différentes consignes…transformer un geste habituel par les jeux des contraires, accentuer l’approche au sol , simuler un espace en apesanteur , personnifier des félins, danser comme on le sent et puis se stopper brusquement pour ensuite tomber comme si l’on avait perdu l’usage entier de notre corps, comme si l’on mourrait! Se relever et refaire de même et puis tomber de nouveau, ou plutôt comme le disait si bien Diane: “tu remeurs encore!” tout en feignant l’action, ce qui d’ailleurs avait le don de provoquer l’hilarité générale! Après chaque vague de danse, la fatigue se fait plus prononcée. L’on essaye de reprendre le souffle. Je m’arrête le temps de deux ou trois consignes, courbaturée et morte d’épuisement. Siaka reconnaît en souriant que ça n’est pas évident du tout pendant qu’Emi, rouge comme une tomate, me propose différentes méthodes pour me relâcher ou alors améliorer mon approche au sol. Une des multiples preuves que l’entraide est une valeur vraiment fondamentale au sein de Sunu Street!

_MG_3686

La seconde partie de la carte blanche se termine sur un Freestyle. Diane est consciente que chacun des danseurs présents à un style bien propre à lui, et loin d’elle l’idée de l’omettre. Au contraire, elle nous propose d’observer les consignes citées plus haut, mais de laisser libre cours à qui nous sommes vraiment. Krumpeurs, danseurs contemporains traditionnels, danseurs de hip-hop…voilà ce qui doit en ressortir! elle se positionne au bout du tapis en face de nous et quand la musique commence et que les danseurs s’élancent en s’abandonnant au bonheur de danser comme s’ils étaient en transe ,un contentement sans bornes se lie sur son visage et une ferveur énergique la pousse à s’y mettre aussi tout en prenant soin de distribuer des “parfait!” “C’est exactement ça!” par ci par là, à l’intention de chaque danseur.

_MG_3648           _MG_3654

Pour clore la séance, nous entamons enfin une petite chorégraphie regroupant un peu tous les exercices effectués au préalable. Très à l’écoute, Diane s’enquiert d’abord de notre disposition physique: “Vous êtes fatigués?”, “on peut continuer?”, ” deux minutes de pause, allez boire un peu d’eau et on reprend”. Ceci fait, nous suivons Diane qui nous compose une chorégraphie rythmique et quasi virulente avec des sauts et des postures d’arts martiaux (postures que je suis personnellement très heureuse d’effectuer car c’est le seul moment où je peux daigner me reposer tout en feignant une concentration très particulière haha je me sens samouraï plus que jamais…lol). La chorégraphie se poursuit,…et enfin, le dernier pas nous ai montré! Diane s’élance et fait une longue roulade sur le flanc en allant vers la droite, puis un grand saut comme si elle s’envolait et une deuxième roulade sur le flanc en allant vers la gauche suivie d’un autre saut. Elle s’arrête et nous jette un coup d’œil quelque peu moqueur. Tout le monde s’esclaffe! Emi tout aussi amusé déclare que c’est le piège de la fin! C’était évident, Il fallait absolument finir sur une note du genre 🙂

_MG_3705

La carte blanche prend fin. L’artiste du jour nous demande si ça nous a plu et toutes les têtes acquiescent avec empressement! Nous la remercions chaleureusement. C’était super! Génial! Trop intéressant! Tout le monde est véritablement content de l’expérience.

Sueur, rires, souffles coupées, pause eau, étirements, concentration, partage, sérieux, réflexion…c’est un travail éprouvant mais extrêmement  original et riche en découvertes que de daigner mettre les pieds dans le monde de Diane Fardoun.

Merci beaucoup Diane, pour cette magnifique expérience! 😀

Inauguration de l’Espace SUNU Street

Le Jeudi 10 Avril 2014, notre équipe a l’honneur de célébrer l’ouverture de l’espace SUNU Street au sein de la salle d’exposition du Centre Culturel Blaise Senghor.

Avec la présence de nos partenaires, Mr. Pape Baba Ndiaye, Directeur du Centre Culturel, Mme. Sandrine Beauchamp, Représentante de l’Union Européenne, et une foule d’amis, danseurs et partenaires du projet SUNU Street.

L’inauguration debute par une projection retracant les differentes etapes de l’amenagement de la salle: travaux, remise a niveau… Nous indiquons au public que nous avons ainsi entrepris toute la rénovation de cet espace pour en faire un lieu capable d’accueillir nos activités en faveur des jeunes danseurs urbains. De nombreux problèmes existants dans la salle ont été identifiés : rénovation de l’étanchéité,  la réfection du toit contre les problèmes de fuites d’eau, la remise aux normes de l’ensemble des installations électriques, le rafraichissement de la peinture, ainsi que diverses réparations indispensables à l’entretien de la salle…

L’inauguration se poursuit par des messages d’encouragements et de perseverance de nos differents partenaires.

 

Une surprise ponctue la fin de l’evenement: une performance live de musique accoustique accompagnee d’un cercle de “freestyle” par tous les danseurs presents.

Une inauguration reussie qui marque les premiers pas de l’Espace SUNU Street

 

This slideshow requires JavaScript.